Défi : une douche de seulement 5 minutes pour économiser l'eau

Défi : une douche de seulement 5 minutes pour économiser l'eau

Mais que font ces gens nus ? Ils participent au Wash in 5 Challenge, un défi lancé par l'association Kynarou pour réduire notre consommation d'eau. Le concept : prendre une douche de 5 minutes top chrono puis en faire un selfie. Une façon originale de sensibiliser à la question de l'accès à l'eau dans les pays en développement. La directrice de l'association, Sophie Lehideux, nous en dit plus.



Pourquoi faut-il prendre sa douche en 5 minutes ?

Sophie Lehideux : Parce que cela fait économiser 40 litres d’eau par douche ! Une douche moyenne dure 9 minutes et consomme 100 litres. Nous avons donc lancé un challenge début mai pour faire prendre conscience aux gens de la valeur de l’eau. Nous invitons les participants à prendre une douche de 5 minutes seulement, à se prendre en photo en en sortant, et à publier cette photo sur notre page Facebook. À chaque douche, les litres d’eau économisés sont ajoutés à un compteur, et lorsque le compteur atteint un palier de 10 000 litres, une action solidaire est réalisée par l’association Kynarou. C’est une façon concrète et ludique de sensibiliser à la question de l’accès à l’eau. On peut le résumer comme ceci : “Économiser l’eau ici et la redistribuer là-bas, en s’amusant !”

 

À quoi va servir ce challenge ?

Ce challenge va servir à financer des actions de développement sur le terrain. Pour le moment, il s'agit d'installer des filtres à eau dans les écoles des villages défavorisés où Kynarou intervient, en Inde du sud, dans le Tamil Nadu. Si nous parvenons à fédérer de plus en plus de participants et de partenaires, nous pourrons mettre en place de plus grandes actions, comme la rénovation d'un réseau de distribution dans un village, la mise en place d'un réseau d'accès à l'eau potable…

 

Présentez-nous l'association derrière tout ça.

L'idée du challenge vient de Thomas David, expert en économies d'eau et membre de Kynarou. C’est une association de développement, fondée en 2004, dont l'objectif est la mise en place d'accès durables à l'eau potable, à l'assainissement et à la gestion des déchets dans les villages défavorisés du sud de l'Inde. D'autres zones géographiques sont en cours d'étude pour de futurs projets. À ce jour, Kynarou a réalisé une quarantaine de projets pour 100 000 bénéficiaires environ. Une équipe locale de six salariés coordonne au quotidien les projets en Inde, une équipe de 10 administrateurs et une salariée chapeaute les actions en France.

 

Quel est le bilan jusqu'à présent ?

En deux mois à peine, nous avons 550 likes, plus de 500 photos, 21 000 litres économisés. Quatre partenaires financiers se sont engagés à nos côtés : les deux premiers ont financé l'installation de deux filtres à eau dans deux classes (bénéficiant à environ 60 enfants) ; les deux autres se sont engagés à financer les deux prochains filtres, qui seront installés dès que les deux prochains paliers d'économies d'eau seront atteints.

 

À part réduire son temps de douche, que peut-on faire au quotidien sur cette problématique ?

Pour économiser de l'eau, des gestes simples suffisent : ne pas laisser le robinet ouvert, ne pas arroser en pleine journée, installer des pommeaux de douche hydro-économes... Sinon il existe d'autres solutions plus radicales : faire pipi sous la douche ou boire du vin !


Pour participer : facebook.com/washin5challenge

Suivez toutes les news de l’innovation sociale sur notre page Facebook

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le Baba : deux Françaises, sept chefs immigrés et un resto de rue

    Le Baba : deux Françaises, sept chefs immigrés et un resto de rue

    “Les food market sont les seuls endroits où les gens (...)
    >
  • TEDx se met au participatif pour débattre de l'égalité entre hommes et femmes

    TEDx se met au participatif pour débattre de l'égalité entre hommes et femmes

    Comment faire évoluer le célèbre format (...)
    >
  • Avec Latitudes, des étudiants explorent la technologie pour le bien commun

    Avec Latitudes, des étudiants explorent la technologie pour le bien commun

    La définition du Tech for Good selon Augustin Courtier, (...)
    >
  • À Lille, un festival sur la transformation numérique et l'innovation positive

    À Lille, un festival sur la transformation numérique et l'innovation positive

    Quelle est votre définition de l’innovation positive? (...)
    >
  • Oasis Citadine : le Facebook des jardiniers urbains

    Oasis Citadine : le Facebook des jardiniers urbains

    De la Banque Publique d’Investissement (BPI) à (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >