Un milliard d'euros investis dans des entreprises sociales en France

Un milliard d'euros investis dans des entreprises sociales en France

Jeudi 16 juin à l'Archipel à Paris, les Ateliers de la finance responsable ont rassemblé la crème de la finance solidaire et éthique pour une journée d'échanges entre fondations, associations, entreprises et financiers. L'occasion de dresser un état des lieux de l'investissement à impact en France : selon Finance@Impact, près d'un milliard d'euros sont aujourd'hui investis dans des entreprises sociales.

Publié fin mai, le baromètre Finansol tirait un bilan très positif de la finance solidaire en France : avec plus de 1,62 milliard d’euros déposés sur des produits d’épargne solidaire au cours de l’année 2015, les Français ont réalisé la plus forte collecte jamais enregistrée, avec une hausse de presque 24% par rapport à 2014. En tout, un encours de 8,46 milliards d’euros d’épargne sont aujourd’hui affectés au solidaire.

Mais de ces sommes, combien d’argent est véritablement engagé au service d’entreprises à impact social ? Une étude réalisée par Isabelle Guénard-Malaussène (Finance@Impact) pour Axylia dresse pour la première fois un état des lieux des investissements non cotés à impact social en France. Au total, près d’un milliard d’euros auraient été investis dans le secteur en 2015. Un montant amené à doubler d’ici 2020, avec 2,3 milliards d’euros investis dans l’impact social.

La plus grande partie de ces investissements provient de l’épargne salariale solidaire. Depuis 2008, toute entreprise ayant mis en place un plan épargne entreprise (PEE) doit proposer au moins un fonds solidaire à ses employés. En 2015, le total des investissements collectés par l’épargne salariale et par d’autres fonds communs de placement (FCP) solidaires s’élevait à 250 millions d’euros. À cela s’ajoutent les 480 millions d’euros collectés directement par des entreprises solidaires. Parmi les plus gros collecteurs : la Société d’investissement France Active (SIFA), la foncière d’Habitat & Humanisme, la Nef ou encore Terres de liens.

 

Un marché jeune encore en mutation

Tandis que les chiffres de Finansol englobent tous les produits d’épargne, l’étude Finance@Impact est la première du genre à prendre en compte la totalité des investisseurs, institutionnels et grand public compris, et la diversité des modes de financement. Ainsi, elle nous apprend que les “impact investors” français ont investi près de 200 millions d’euros dans des entreprises à impact social. Il s’agit principalement d’acteurs institutionnels, dont Investisseurs & Partenaires, ESFIN Gestion, Impact Partenaires, Citizen Capital, Investir & + et le Comptoir de l’Innovation. Le grand public a quant à lui mobilisé 20 millions d’euros dans des projets à impact social grâce aux plateformes de financement participatif, en crowdlending (prêt) et crowdequity (investissement).

Si cet état des lieux a pour mérite de prendre en considération tout le panel des acteurs de l’investissement à impact, Isabelle Guénard-Malaussène met en garde sur les imprécisions de calcul : “Les définitions sont encore floues, le périmètre est mouvant. Il s’agit d’un marché jeune, en mutation et en pleine croissance.



Pour tout connaître de la finance responsable et innovante, retrouvez notre premier hors-série actuellement en kiosque ou sur commande !

Lire le sommaire ici








 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Aude Lancelin : les médias sont

    Aude Lancelin : les médias sont "revenus à la situation d'avant-guerre"

    Plutôt que de vous licencier, les actionnaires (...)
    >
  • Vainqueur de la Social Cup : un

    Vainqueur de la Social Cup : un "iglou" isotherme pour venir au secours des sans-abris

    Ingénieur spécialiste des énergies (...)
    >
  • Une tente recyclable pour des festivals plus écologiques

    Une tente recyclable pour des festivals plus écologiques

    Sacs plastique, bouteilles, emballages, tentes… Les sites (...)
    >
  • Le bénévolat de compétences, une bouffée d'oxygène pour les associations

    Le bénévolat de compétences, une bouffée d'oxygène pour les associations

    Le bénévolat de compétences permet à (...)
    >
  • Et si le salut des agriculteurs était dans le crowdfunding?

    Et si le salut des agriculteurs était dans le crowdfunding?

    Florian Breton est fils de viticulteurs originaires de Perpignan (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >