Quand l'ONU fait du

Quand l'ONU fait du "crowdsourcing"

Pour améliorer son action sur le terrain, l'Agence pour les réfugiés des Nations Unies s'est lancée dans le crowdsourcing. Elle fait participer ses salariés, des universitaires, des partenaires et ses bénéficiaires eux-mêmes pour trouver des solutions.

Pour améliorer son aide aux réfugiés (10,5 millions dans le monde), le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) innove en se lançant dans le crowdsourcing. Plutôt que d’organiser un énième audit, l’organisation d’aide humanitaire a fait équipe avec la firme de technologie Spigit pour créer une plateforme collaborative en ligne.

Baptisée “UNHCR Ideas”, l’initiative du HCR permet au personnel de l’agence (150 salariés), aux réfugiés eux-mêmes, aux universitaires et aux partenaires de mettre en commun leurs idées pour trouver des solutions à des problèmes fréquents. Tous sont ainsi mobilisés et planchent sur la meilleure façon d’améliorer l’accès aux services de l’agence.

Le premier “brainstorming” proposé en août pendant 6 semaines a eu pour but d’améliorer l'accès à l'information et aux services de l’agence pour les réfugiés des zones urbaines. L'idée gagnante sera mise en oeuvre dans le cadre d'un projet pilote en 2014. Pour l’instant, la majeure partie des 300 participants du HCR a donné des conseils (une centaine) sur les services de l’agence en Éthiopie, au Kenya et en Inde.

Une partie du processus de “UNHCR Ideas” comporte aussi des discussions vidéos sur Internet (Hangouts Google) avec les parties prenantes à travers le monde, pendant lesquelles ils partagent des idées et des suggestions.




Démocratie participative

“UNHCR Ideas va aider notre organisation à exploiter pleinement l’expérience, l’expertise et les connaissances de notre personnel, de nos partenaires et de nos bénéficiaires”, se réjouit T. Alexander Aleinikoff, Haut Commissaire adjoint du HCR sur la page officielle Facebook de l’agence. Bénéfices directs : en faisant part de leurs suggestions, les salariés et partenaires se sentent plus impliqués dans le processus de l’agence.

Communiquer et rester connecté avec les réfugiés à travers le monde “reste un défi majeur dans nombre de nos opérations. J’espère que UNHCR Ideas encouragera chacun d’entre nous à réfléchir de façon constructive et créative sur ce que nous faisons quotidiennement”, ajoute-t-il.

« Nous espérons que ce projet permettra aux réfugiés de se faire entendre, car ce sont très souvent eux qui détiennent les solutions. Nous tentons de renforcer leur autonomie et leur indépendance pour améliorer leur dignité », note de son côté Olivier DelaRue, chef des innovations au sein du HCR.

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Une application pour démocratiser la permaculture.

    Une application pour démocratiser la permaculture.

    Depuis les années 70, de plus en plus d'agriculteurs et de (...)
    >
  • Étincelle veut rendre l'innovation accessible aux 15-25 ans de tous milieux sociaux.

    Étincelle veut rendre l'innovation accessible aux 15-25 ans de tous milieux sociaux.

    Auto-censure, manque d’information ou méconnaissance des (...)
    >
  • Il parcourt le monde pour enquêter sur la nature humaine

    Il parcourt le monde pour enquêter sur la nature humaine

    Attablé en terrasse devant une citronnade, le teint (...)
    >
  • Cette moquette qui absorbe l'urine pourrait changer la vie dans les camps de réfugiés.

    Cette moquette qui absorbe l'urine pourrait changer la vie dans les camps de réfugiés.

    Au sol, elle ressemble à une vulgaire dalle en plastique (...)
    >
  • L'entreprise qui veut démocratiser l'agriculture biologique au Burkina Faso

    L'entreprise qui veut démocratiser l'agriculture biologique au Burkina Faso

    En Afrique de l’Ouest, l’utilisation de pesticides et (...)
    >

TOP 5 contribution

  • L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    Être entrepreneur demande une curiosité permanente, un (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >