Une coopérative de jardiniers pour cultiver le vivre ensemble

Une coopérative de jardiniers pour cultiver le vivre ensemble

Ce qui était une passion secrète pour quelques rares amoureux de la nature pourrait bien se révéler être une véritable thérapie collective. Dans la métropole lyonnaise, une coopérative de jardiniers propose aux habitants de reprendre possession de leurs espaces verts. Un moyen de recréer du lien social tout en douceur.

Un retour aux racines. C’est ce que propose le projet Pistyles avec une nouvelle vision du jardinage. Fondée en mars 2015, cette SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) de la métropole lyonnaise cherche à valoriser les espaces verts urbains, souvent laissés à l’abandon, pour en faire des lieux de vie. “Nous souhaitons permettre aux habitant.e.s de reprendre possession de leurs jardins”, affirme la jeune équipe sur son site web. Et pas n’importe comment.

À mi-chemin entre l’écologie et la psychologie sociale, Pistyles croise les méthodes pour concevoir une façon de faire unique. “L’approche actuelle du paysage est selon moi beaucoup trop éloignée du vivant. Le travail se base encore trop sur l’esthétique, l’hygiène et le rendement”, explique Thomas Gentilleau, co-gérant de l’entreprise. Pour que le jardin redevienne “une bulle d’oxygène dans le tissu urbain”, Pistyles procède d’abord à des diagnostics psychosociaux, à l’aide d’indicateurs démographiques et socio-économiques ainsi que d’une visite de terrain.

Alors, seulement, les jardiniers-animateurs élaborent une réponse ciblée, adaptée à la dynamique humaine du lieu d’intervention, selon les degrés de motivation des personnes et leur niveau de sensibilité écologique. “La philosophie de Pistyles se base sur une conviction citoyenne : les habitants ont le droit d’être informés de la manière dont sont élaborés les services de proximité, voire d’y prendre part, puisque ces services impactent leur cadre de vie”, confiait Thomas Gentilleau aux Cahiers du Développement Social Urbain. Pour leur donner une dimension participative, les missions de Pistyles sont ainsi construites collectivement avec les habitants.



Fauchage participatif et hôtels à insectes

À la suite d’expériences dans des entreprises du paysage, les fondateurs de la coopérative ont voulu rompre avec les techniques traditionnelles d’entretien des espaces verts, qui enferment les jardiniers dans des tâches répétitives et démotivantes. Pousser des tondeuses et tailler des haies, “concrètement, ce n’est pas ce qui est des plus kiffant”, avouait Thomas Gentilleau dans une interview publiée sur le média participatif L'Incisif. L’ingénieur paysagiste a bien compris qu’il ne suffisait pas de verdir la ville mais qu’il fallait également cultiver les relations humaines, aussi doucement et patiemment qu’avec de jeunes pousses. “Amener les habitants à s’intéresser à leur quartier se fait par des micro-actes, parfois très simples : ‘donnez-moi votre avis sur la direction que je dois prendre pour tondre’”.

Et le jardinier de se sentir moins seul. “Quand [il] peut parler jardin avec les habitants, le sens de son métier revient.” Pistyles donne donc rendez-vous aux résidents. À son arrivée, une soirée de lancement permet à la coopérative de présenter ses jardiniers à la communauté. Grâce à une plateforme en ligne, ceux-ci peuvent raconter ce qu’ils ont fait, de façon à ce que les habitants qui s’absentent comprennent ce qui a changé et pourquoi. Des activités sont proposées : fauchage participatif, création d’hôtels à insectes pour les enfants, dégustations de vin. Les résidents de la copropriété sont également informés de la prochaine date d’intervention et peuvent s’inscrire pour donner un coup de main “verte”.

Depuis sa création, l’entreprise sociale gère déjà une quarantaine de copropriétés et HLM, pour l’instant principalement dans les quartiers de Villeurbanne (commune limitrophe de Lyon). Récompensée en juillet dernier par le label “Lyon ville équitable et durable” (LVED), Pistyles devrait bientôt s’étendre à d’autres villes comme Montpellier.

 

Pour prendre part à l’aventure : http://pistyles.eu/

Suivez toutes les news de l'innovation sociale sur notre page Facebook

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Isolez votre casserole pour fermer une centrale nucléaire

    Isolez votre casserole pour fermer une centrale nucléaire

    L’histoire commence par une froide matinée de (...)
    >
  • Loin d'être si

    Loin d'être si "écolo", les LED sont un fléau pour la biodiversité

    Une chaude nuit d’été. Vous profitez du ciel (...)
    >
  • Hélène Médigue :

    Hélène Médigue : "Ce ne doit pas être une ségrégation de manger sainement"

    Quel a été le point de départ de On a 20 ans (...)
    >
  • La vie est Belt : des pneus usagés en guise de ceinture

    La vie est Belt : des pneus usagés en guise de ceinture

    Transformer des pneus de vélos usagés en ceintures, (...)
    >
  • CleanCup, la machine qui éradique les gobelets jetables

    CleanCup, la machine qui éradique les gobelets jetables

    C’est au cours de ses études à l’EM Lyon (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >