Un petit coup de Welp ? Le bénévolat nouvelle génération

Un petit coup de Welp ? Le bénévolat nouvelle génération

Plus besoin de s'inscrire comme bénévole à l'année dans une association pour se sentir utile à la société. Avec Welp, une plateforme d'entraide en ligne, il devient facile et accessible de dépanner quelqu'un. L'intérêt général, où, quand et comme vous le voulez !

Un coup de main entre voisins, ça ne mange pas de pain et ça fait toujours du bien. C’est en partant de ce constat que Marie Treppoz a lancé Welp en mars 2015. Contraction de “we help”, Welp est une plateforme d’entraide en ligne. Entièrement gratuite, elle permet de mettre en relation des personnes qui ont besoin d’aide, et d’autres qui sont prêtes à leur rendre service sans contrepartie. Faire garder ses enfants le temps d’une soirée, réparer son ordinateur, tenir compagnie à une personne âgée, prêter ses DVD ou venir en renfort lors d’une opération nettoyage du parc d’à côté : ça devient possible en quelques clics.

Pas de rémunération, pas d’échange, pas d’engagement : c’est une version “nouvelle génération” du bénévolat qu’a voulu mettre en place Marie Treppoz. Anciennement directrice marketing, la femme d’une quarantaine d’années a décidé de quitter son poste pour se dédier à Welp. Elle s’est rendue compte que de nombreux Français veulent donner de leur temps aux autres, mais hésitent à se tourner vers le bénévolat associatif, souvent trop contraignant. Or, de plus en plus de gens s’intéressent à l’économie du partage.

Alors avec Welp, on remet l’entraide informelle au goût du jour, comme il existait autrefois dans les villages. Chacun peut aider de temps en temps, ponctuellement, selon son envie ou ses disponibilités. Grâce à une géolocalisation, il est facile d’entrer en contact avec ses “proches”. La plateforme compte désormais plus de 5000 “welpers”. Le mouvement de solidarité s’étend et Marie Treppoz est enthousiaste : elle rêve qu’un jour, le mot “Welp” entre dans le dictionnaire comme “le meilleur endroit sur le net pour s’entraider”.

Le système veut assurer la confiance et la qualité de l’expérience, avec la possibilité pour les participants de se noter entre eux et de laisser des commentaires visibles de tous. Un “parcours du welper” a même été mis en place pour mesurer la progression de chacun avec des médailles : êtes-vous plutôt “welper intrépide” ou “welper du dimanche” ?

Côté business model, Marie Treppoz a choisi de se tourner vers les entreprises et les collectivités locales afin que Welp reste gratuit pour les particuliers. Des pages sont prévues sur le site pour que les entreprises partenaires puissent y présenter leurs projets sociaux et leurs actions liées à la RSE. Idem pour les mairies, qui pourront communiquer sur la plateforme et aider à cibler les besoins existants au sein des villes (dans les associations, écoles ou maisons de retraite). C’est déjà le cas de la mairie de Sèvres, première ville partenaire de Welp depuis l’été 2015.

Depuis novembre, Welp (en cours d’acquisition du statut d’entreprise solidaire d’utilité générale) a aussi lancé une campagne de crowdfunding sur 1001pact.com, une plateforme dédiée à l’entrepreneuriat social. À ce jour, elle a déjà collecté plus de 48.000 euros, soit presque la moitié de son objectif. Les fonds serviront au développement des algorithmes du site. Une nouvelle version de l'application devrait aussi voir le jour au mois de mars. Bientôt, on peut espérer que Welp devienne un véritable “Blablacar du bénévolat” !

 

Pour agrandir la communauté de solidarité, inscrivez-vous sur le site de Welp

Suivez toutes les news de l'innovation sociale sur notre page Facebook

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le tourisme de masse peut-il être « Zéro déchet » ?

    Le tourisme de masse peut-il être « Zéro déchet » ?

    Chaque année, les vacanciers sont plus nombreux sur les (...)
    >
  • Yánis Varoufákis : «Si je deviens un bon politicien, flinguez-moi»

    Yánis Varoufákis : «Si je deviens un bon politicien, flinguez-moi»

    Cet entretien, présenté ici dans sa version longue, (...)
    >
  • À l'Arche, on vient faire de l'artisanat après le boulot

    À l'Arche, on vient faire de l'artisanat après le boulot

    Ce soir, c’est atelier béton. Les participantes (...)
    >
  • Mobile home office : cadre sup' le jour, campeur la nuit

    Mobile home office : cadre sup' le jour, campeur la nuit

    Ils sont managers, chercheurs ou consultants. Ils ont un « vrai (...)
    >
  • Les plateformes, amies ou ennemies du freelance ?

    Les plateformes, amies ou ennemies du freelance ?

    Cet entretien a été initialement publié dans le (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >