Cette appli vous rendra incollable sur la culture française

Cette appli vous rendra incollable sur la culture française

Antoine Delanoë et Quentin Ory ont créé une application mobile entièrement dédiée à la culture française : Combat de Coqs. Rencontre avec deux amis d'enfance qui ne risquent pas d'y laisser leurs plumes.

«Quelle ville représente souvent Marc Chagall dans sa peinture ?», «Dans le film Fiston, avec quelle vedette Franck Dubosc partage-t-il l’affiche ?». L’application Combat de Coqs va refaire votre culture française. Disponible sur les plateformes de téléchargement mobiles depuis le 1er juillet 2015, elle compte aujourd’hui plus de 10 000 joueurs. Ceux-ci s’affrontent lors de «matchs» composés de trois manches et quatre questions, où la culture populaire est passée en revue à travers 12 thématiques : histoire, art, sport, France 2.0, musique, cinéma, français, gastronomie, musique, littérature, économie et médias. Le joueur part alors en quête de vingt «trophées» pour garnir son «Panthéon», lieu de mémoire «de ta première victoire à ton premier sans faute».

«Il manquait un jeu sur la culture française. On a donc ouvert le premier bouquin d’histoire qu’on avait sous la main, et on a commencé à noter des questions»


Derrière cette application ludique et patriote, deux Français originaires de Rennes. Antoine Delanoë, 24 ans, et Quentin Ory, 25 ans, ne se sont pas lâchés depuis le collège. Quand le premier se lançait dans une école de graphisme, le deuxième commençait ses études de commerce, pour finalement se retrouver quelques années plus tard autour du projet Combat de Coqs. «Alors qu’on cherchait une idée de jeu, on a réalisé qu’il était souvent question de culture américaine dans les quizz, mais très peu de culture française», se rappelle Quentin.

C’est l’exemple de Duel Quiz, qui traite largement des États-Unis mais pas de l’Hexagone, dont «la culture demeure très forte. Il manquait un jeu évoquant notre pays», interpelle à son tour Antoine, surnommé l’«incollable des questions de culture gé». «On a donc ouvert le premier bouquin d’histoire qu’on avait sous la main, et on a commencé à noter des questions”, relate le graphiste.

«Nous avions fixé une limite temporelle : Clovis à aujourd'hui. Une copine s’est chargée des questions mode, son père des questions économie, et après six mois de développement et beaucoup de modifications, notre appli était prête», raconte avec simplicité le cofondateur de Combat de Coqs.


Rennes, bassin de start-up

Basé en Ille-et-Vilaine, le duo d’entrepreneurs explique s’être «naturellement tourné vers la culture française» avant de penser à créer une application sur la culture Breizh. «Néanmoins, on essaye de placer quelques questions sur notre région dans les matchs», plaisante Quentin. À Rennes, les créateurs de Combat de Coqs sont membres du Fonds de dotation pour la jeunesse de Bretagne (YAO), qui compte aujourd’hui une centaine d’entrepreneurs. «Un vrai bassin de startuppeurs s’est développé ici. Notre projet était d’autant plus cohérent que beaucoup sont investis dans le déploiement du Made in France», conclut Antoine.
 

Combat de Coqs, application mobile disponible gratuitement sur l’App Store et Google Play.

Suivez toutes les news de l'innovation sociale sur notre page Facebook

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Alors même qu’il est nécessaire et urgent, dans (...)
    >
  • Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Depuis le début du confinement, vous publiez une chronique (...)
    >
  • La culture en miettes

    La culture en miettes

    Fermeture des salles de concert, cinémas, cafés, (...)
    >
  • Dette des pays pauvres : pourquoi un moratoire ne suffira pas

    Dette des pays pauvres : pourquoi un moratoire ne suffira pas

    Le 25 mars dernier, des chefs d’État africains en (...)
    >
  • Portraits d'« Invisibles » : le quotidien du personnel de nettoyage

    Portraits d'« Invisibles » : le quotidien du personnel de nettoyage

    [INVISIBLES #4] - Personnel d'entretien de Caroline (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Le succès du film « Demain » a (...)
    >
  • Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Le Covid-19 sonne le glas du modèle actuel de globalisation (...)
    >
  • Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Un article à retrouver sur The Conversation Le monde est (...)
    >
  • Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Le confinement des parcs, squares, jardins, espaces verts et (...)
    >