Des tuiles qui captent l'énergie solaire

Des tuiles qui captent l'énergie solaire

L'entreprise SolTech Energy a mis au point une solution originale pour capter et exploiter la chaleur du soleil. Avec ou sans nuages.

Il existe deux grands moyens d'exploiter l'énergie du soleil : le premier est le photovoltaïque qui consiste à convertir directement les rayons en courant électrique. Le deuxième est le thermique : utiliser le soleil pour chauffer l'air ambiant, ou pour produire de la vapeur et donc de l'électricité.

Les tuiles mises au point par SolTech sont transparentes. Tout en isolant le bâtiment, elles sont traversées par les rayons du soleil, dont la chaleur est captée par un revêtement disposé sous les tuiles. Un système breveté permet de distribuer cette énergie thermique dans tout le bâtiment. Et les résultats sont là : avec 150 m2 de tuiles Soltech, une crèche de la banlieue de Stockholm génère environ 48 000 kWh par an - soit plus de deux fois la consommation énergétique d’une maison individuelle récente.

 
 

Soltech se décline en quatre versions : Sigma, pour les toits en tuiles, Alfa, pour les autres bâtiments, Techo Solar, pour les toits en ciment (notamment dans les pays méditerranéens) et Soltech Power, qui intègre des panneaux photovoltaïques afin de produire de l'électricité. Le système développé par la jeune entreprise peut être installé dans n'importe quel bâtiment, qu'il soit ouvert (par exemple une piscine en plein air) ou fermé.

Les points forts de cette innovation ? Tout d’abord, les tuiles permettent de chauffer, grâce au soleil, même lorsque le temps est couvert. Ensuite, on réalise une économie d'espace substantielle. L'ensemble du toit (ou des murs, selon le bâtiment) peut être utilisé pour emmagasiner la chaleur du soleil. Pas un centimètre carré supplémentaire n'est nécessaire pour installer Solartech.

Le système proposé par l'entreprise présente enfin un dernier avantage : celui d'être esthétique. Et si quelqu'un de votre entourage ne trouve pas ces tuiles à son goût, vous pourrez toujours lui faire comparer vos factures d'énergie.


 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Cyril Dion:

    Cyril Dion: "Le changement ne viendra ni du grand soir ni de l'homme providentiel."

    [Photo: Augustin Le Gall] Presque deux ans après la (...)
    >
  • À 26 ans, il dirige une ferme agro-écologique et forme sa génération à l'entreprenariat.

    À 26 ans, il dirige une ferme agro-écologique et forme sa génération à l'entreprenariat.

    A 26 ans seulement, Mathieu Aly Faye est d’ores et (...)
    >
  • Pourquoi les entrepreneurs sociaux sont-ils si optimistes?

    Pourquoi les entrepreneurs sociaux sont-ils si optimistes?

    Pour en savoir plus sur le profil, le moral et les attentes des (...)
    >
  • La Fabrik à Déclik : un réservoir à projets citoyen basé sur l'entreprenariat collectif

    La Fabrik à Déclik : un réservoir à projets citoyen basé sur l'entreprenariat collectif

    Depuis 2 ans, l’association Osons Ici et Maintenant (...)
    >
  • Travailler ensemble pour échapper à la précarité, un modèle toujours en construction

    Travailler ensemble pour échapper à la précarité, un modèle toujours en construction

    C’est quoi une coop de travail? Partage, (...)
    >

TOP 5 contribution

  • L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    Être entrepreneur demande une curiosité permanente, un (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >