Ticket for Change : c'est reparti pour un tour

Ticket for Change : c'est reparti pour un tour

Du 25 août au 5 septembre aura lieu la 2e édition du Ticket for Change Tour. 60 entrepreneurs du changement en devenir s'apprêtent à recevoir une formation express durant laquelle ils iront de villes en villes à la rencontre des pionniers du social business, pour tenter, in fine, de donner davantage de sens à leur travail.

La jeunesse est exigeante. Trouver un travail, c’est bien, mais lui donner du sens, c’est mieux. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui désirent mettre leur énergie dans le développement d’une évolution positive, susceptible de créer un impact social et environnemental concret.

De ce constat est né Ticket for Change. Pendant un an, 60 participants – 50 jeunes entre 18 et 32 ans et 10 salariés d'entreprise – vont être accompagnés et formés afin qu’ils puissent, à terme, développer un modèle économique pérenne capable de résoudre un problème de société. Le tour de France d'une dizaine de jour qui démarrera le 25 août prochain n’est donc que le commencement d’une longue aventure. Trois bus transporteront l’équipage à Paris, Marseille, Agen, Bordeaux et Lille avant de revenir à la capitale. Dans chacune de ces villes, excepté Agen, aura lieu un évènement gratuit et ouvert à tous, pour que chacun puissent en profiter.

L’année dernière, Socialter était monté à bord du bus Ticket for Change pour découvrir en avant-première cette jeunesse surmotivée pour changer le monde (à lire dans notre n°7). L’occasion de faire l’état des lieux, un an plus tard. Et bonne nouvelle, l’objectif a été dépassé : 12 projets portés par 30 entrepreneurs ont pu émerger. Parmi eux, 3 ont été récompensés par Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale et marraine de Ticket for Change. Le ticket d’or est revenu à Toucher pour Voir, un projet qui ambitionne de redonner la vue aux aveugles. À ses côtés, Stagiaires sans frontières permet aux stagiaires de partager leur temps de travail entre l’entreprise et l’engagement associatif, tandis qu’Ahmed et Adèle, la fabrique à talents rassemble les anciens des programmes “Egalité des chances” de l’ESSEC afin qu’ils puissent faire part de leur expérience aux plus jeunes.


L’intraprenariat est de la partie

Pour faire bouger les lignes, tous les moyens sont bons : travailler dans l’entrepreneuriat social, intégrer une association ou encore transformer sa grande boîte de l’intérieur, en étant “intrapreneur”. Tel est l’objectif de 8 salariés qui ont décidé de se lancer dans l’aventure après avoir réussi à convaincre leur hiérarchie des bienfaits d’une telle démarche. Qu’ils travaillent pour une banque, dans l’agro-alimentaire, l’électroménager ou le conseil, qu’ils soient chez BNP Paribas, Danone, SEB ou PwC, ces futurs intrapreneurs auront pour mission de lancer des projets sociaux ou environnementaux au sein même de leur entreprise une fois rentrés, comptant bien profiter des moyens humains, techniques et financiers de leur multinationale.


Pour en savoir plus, rendez-vous sur : Ticket for Change Tour 2015



 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Transiscope : la carte des alternatives près de chez vous

    Transiscope : la carte des alternatives près de chez vous

    Même avec la meilleure volonté du monde, il (...)
    >
  • David Graeber : le revenu universel, remède aux jobs à la con ?

    David Graeber : le revenu universel, remède aux jobs à la con ?

    David Graeber, la rock star de l’anarchisme. Une rock star (...)
    >
  • "Il existe deux Internets : celui des "précurseurs" et celui des classes populaires"

    Cet article a été publié initialement sur (...)
    >
  • Le n°31 en kiosque le 10 octobre ! Sommaire

    Le n°31 en kiosque le 10 octobre ! Sommaire

    DOSSIER   "Pas de quartier pour les prolos!". (...)
    >
  • [Entretien] Low-tech Lab :

    [Entretien] Low-tech Lab : "fédérer autour de l'innovation qui a du sens"

    Tu as suivi une formation d’ingénieur classique avant (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >