Un projet original pour mettre l'impression 3D au service des déficients visuels

Un projet original pour mettre l'impression 3D au service des déficients visuels

Chaque semaine, Socialter vous présente une initiative innovante. Aujourd'hui, découvrez « Toucher pour Voir », un projet visant à mettre le monde à portée de mains des déficients visuels grâce à l'impression 3D.

Hier objet fantasmé, l’imprimante 3D est aujourd’hui à portée de tous, ou presque. « Nous cherchions à donner du sens à cette technique, explique Chris Delepierre, cofondateur de la start-up Tri-D. Nous nous sommes alors posés une question : quelles pièces pourrait-on produire à forte valeur sociale ajoutée ? » La réponse ne tardera pas à arriver. Les non et malvoyants ne pouvant découvrir le monde qui les entoure, il s’agit tout simplement de le faire venir jusqu’à eux : avec l’impression 3D, il est possible de miniaturiser les objets pour les mettre entre leurs mains et leur en offrir ainsi une représentation mentale.
En tant que « ch’tis », les deux porteurs du projet, Chris Delepierre et Thomas Delbergue, avaient à cœur de commencer par la région Nord-Pas-de-Calais à laquelle ils sont très attachés. Il s’agit donc, dans un premier temps, de modéliser puis imprimer les monuments et symboles qui la constituent. Les déficients visuels pourront par exemple découvrir la Vieille Bourse de Lille, la belle Citadelle de Lille ou encore le fameux Lion des Flandres. « Toucher pour Voir » a également l’ambition de proposer la visite de musées, où un certain nombre d’œuvres d’art pourront être miniaturisées et prêtées à ceux qui ne peuvent que voir en touchant.

     

Toucher pour…

Lauréat de Ticket for change 2014, Toucher pour Voir a plusieurs cordes à son arc, ainsi que le raconte Chris Delepierre : « Nous explorons les champs des possibles offerts par les technologies de scan et d'impression 3D dans différents univers : les musées dans le domaine culturel, les écoles dans le domaine pédagogique ou les mairies pour valoriser le patrimoine urbain d'une ville ». Résultat, plusieurs sous-projets sont en cours de préparation : « Toucher pour se remémorer », en commandant la miniaturisation du buste d’un proche par exemple, « Toucher pour changer de regard », grâce à un travail de sensibilisation sur la question de la déficience visuelle, ou encore « Toucher pour se repérer », qui proposera des plans en relief et des maquettes tactiles. Bref, les idées ne manquent pas. Si le phénomène est encore récent, les deux entrepreneurs sociaux veulent croire en son succès. « C'est un pari que nous faisons sur l'avenir, confient-ils. Nous pensons que l'impression 3D va participer à une prochaine révolution industrielle, qu’elle va bouleverser les modèles économiques et la chaîne de valeur d'un produit en entreprise. Alors c’est vrai, aujourd’hui elle présente encore des limites au niveau du temps de fabrication des objets, de la taille des objets, des matériaux disponibles, etc. Mais nous pouvons faire la comparaison avec internet il y a une vingtaine d'années, qui est désormais un outil indispensable dans notre quotidien ». Affaire à suivre !


  


Pour soutenir « Toucher pour Voir » :
http://www.kisskissbankbank.com/toucher-pour-voir

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le Baba : deux Françaises, sept chefs immigrés et un resto de rue

    Le Baba : deux Françaises, sept chefs immigrés et un resto de rue

    “Les food market sont les seuls endroits où les gens (...)
    >
  • TEDx se met au participatif pour débattre de l'égalité entre hommes et femmes

    TEDx se met au participatif pour débattre de l'égalité entre hommes et femmes

    Comment faire évoluer le célèbre format (...)
    >
  • Avec Latitudes, des étudiants explorent la technologie pour le bien commun

    Avec Latitudes, des étudiants explorent la technologie pour le bien commun

    La définition du Tech for Good selon Augustin Courtier, (...)
    >
  • À Lille, un festival sur la transformation numérique et l'innovation positive

    À Lille, un festival sur la transformation numérique et l'innovation positive

    Quelle est votre définition de l’innovation positive? (...)
    >
  • Oasis Citadine : le Facebook des jardiniers urbains

    Oasis Citadine : le Facebook des jardiniers urbains

    De la Banque Publique d’Investissement (BPI) à (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >