Sharette : et si vous vous rendiez au boulot en covoiturage ?

Sharette : et si vous vous rendiez au boulot en covoiturage ?

Sharette pourrait bien faire le bonheur des usagers de transports courtes distances. En particulier en ville ou à la périphérie des agglomérations. Souple et facile à prendre en main, cette nouvelle application lorgne du côté des entreprises et des campus universitaires. Elle est avant tout destinée à ceux qui veulent se rendre au travail ou à des rendez-vous en un minimum de temps.

Sharette part à l’assaut des tracas causés par les trajets quotidiens. Cette appli encore fermée au grand public pourrait bien offrir une alternative satisfaisante pour vos déplacements urbains. Oubliez les perturbations sur votre ligne de train de banlieue ou hors des grandes lignes du réseau ferré... Son créneau : le covoiturage sur de courtes distances. Laissé libre par BlaBlaCar qui préfère les longues distances – la moyenne des trajets étant 340 km – le marché du covoiturage urbain devra néanmoins se frayer un passage parmi les taxis ou les chauffeurs privés.

Des places vides dans les voitures roulant en Île-de-France, ce n’est pas ce qui manque selon le cofondateur de Sharette, Grégoire de Pins. Interrogé par Terra eco, il explique : « d’un côté, 5 millions de voitures transitent chaque jour en Île-de-France avec, en moyenne, 1,1 occupant par voiture, et que de l’autre côté des milliers de personnes non motorisées sont confrontées à des problèmes de mobilité ». Ce jeune chef d’entreprise souhaite promouvoir le déplacement collaboratif en voiture dans les milieux urbains mal ou non desservis par le métro, le RER ou le bus.

Une application encore en phase de développement

L’application cherche avant tout à simplifier l’utilisation : en quelques clics, on obtient l’itinéraire le plus rapide possible, tenant compte des conducteurs disponibles empruntant votre trajet ainsi que des étapes en transport en commun. Ainsi, un conducteur n’est pas obligé d’effectuer la totalité de votre déplacement, il va simplement vous accompagner sur une partie de celui-ci. Pour chaque conducteur, Sharette a donc prévu 8 points de passage programmés à l’avance. Selon les fondateurs, il est capital d’éviter aux chauffeurs toute contrainte inutile. Ces derniers pourraient en effet se décourager facilement s’ils devaient effectuer des détours afin de chercher un passager.

Quant au prix de la course, celui-ci est fixe. Il est équivalent à celui d’un ticket de métro : 1,70 euros. Payable à l’avance via un porte-monnaie électronique, la somme est ensuite versée en intégralité au conducteur. Aujourd’hui, le système est ouvert aux entreprises ou aux campus étudiants qui souhaitent en bénéficier. Reste encore pour Sharette – gratuit pour le moment – à trouver son business model. Il s’agirait, d’après Grégoire de Pins, de faire payer le service aux entreprises sous forme de licence annuelle.

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Jean-Marc Jancovici :

    Jean-Marc Jancovici : "­l'Europe est en décroissance ­énergétique depuis 2007"

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • Usul & Vincent Verzat : quand deux vidéastes engagés questionnent leur radicalité

    Usul & Vincent Verzat : quand deux vidéastes engagés questionnent leur radicalité

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • Objectif RIC : des citoyens lancent une consultation pour élaborer un texte de loi

    Objectif RIC : des citoyens lancent une consultation pour élaborer un texte de loi

    Trois lettres devenues le pire cauchemar d’Emmanuel Macron. (...)
    >
  • Corinne Morel Darleux : du CAC 40 à la désobéissance, portrait d'une douce radicale

    Corinne Morel Darleux : du CAC 40 à la désobéissance, portrait d'une douce radicale

    Le soleil cogne sur la façade des buildings de (...)
    >
  • Marcher ne sauvera pas le climat : la radicalisation des associations écolos

    Marcher ne sauvera pas le climat : la radicalisation des associations écolos

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • Bastien et Hugues Sibille :

    Bastien et Hugues Sibille : "Vive l'entreprise ESS libérée !"

    Ne faisons pas que la remise du rapport « L’ (...)
    >