"Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants engagés.

Face aux échecs d?un monde affecté par une crise à la fois économique, politique, sociale et écologique, nous, étudiants membres de l?association le Noise (Nouvel Observatoire de l?Innovation Sociale et Environnementale), sommes persuadés que nous pouvons, tous ensemble, faire advenir le monde dont nous rêvons pour le futur

Parmi notre génération d’étudiants, nous sommes nombreux à avoir de nouvelles aspirations. Et si on pouvait changer le monde à notre échelle? Et si on pouvait inventer, grâce à de nouvelles idées, l’économie et les enjeux de demain? Parce que nous refusions de baisser les bras, nous nous sommes réunis au sein d’une association étudiante, le Noise, pour constituer une communauté active. L’objectif n’est pas de rêver en une vague utopie idéaliste et critiquer la situation actuelle, mais de promouvoir des innovations existantes et performantes qui ont un impact positif sur nos sociétés. Nous voulons agir à notre échelle pour construire activement un monde meilleur, plus juste, plus solidaire et plus durable.

L’aventure, même si elle ne fait que commencer, est déjà une belle réussite. Nous sommes maintenant plus de 500 étudiants «Noisers» au sein de 7 écoles (AgroParisTech, Dauphine, ESSEC, ESCP, EM Lyon, Sorbonne, Sciences Po). Concrètement, nous accompagnons par exemple pendant 6 mois des innovateurs pour donner plus d’écho à leurs projets et permettre à leurs nouvelles idées de se développer. Nous tentons aussi de faire de nos campus des références en matière de développement durable —des éco-campus— grâce à la mise en place d’espaces recyclage, de potagers, la réduction des impressions papier, etc… Chaque année, nous organisons également un atelier «Change it Yourself» qui encourage chacun de nous à être acteur du changement et à inventer des solutions concrètes pour penser l’éducation du futur.

Au-delà de nos engagements actuels d’étudiants, nous mettons tout en œuvre pour que nos initiatives aient demain un impact à plus grande échelle. Nous voulons que nos futurs métiers reflètent nos valeurs et aient un sens pour la société, pour l’humain ou pour la planète. Cette tendance n’est pas un phénomène minoritaire puisqu’un sondage Ipsos-BCG, publié en janvier 2016, montrait que la rémunération était un critère de choix d’emploi de moins en moins sollicité par les étudiants. L’idée de faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus. Nous avons un autre idéal d’économie et de carrière professionnelle: un idéal davantage tourné vers l’intérêt général, la construction d’un monde durable et l’utilité sociale. Cela ne suppose pas de négliger l’objectif économique, mais de l’allier avec une notion d’impact, notamment social et environnemental.

Construire ce monde positif dont nous rêvons passe nécessairement par le soutien et l’existence d’entreprises partageant les mêmes convictions que les nôtres. Une étude du cabinet Accenture publiée en 2016 explique que 92% des diplômés de l’année 2016 pensent qu’il est important de travailler dans une entreprise socio-responsable. Le secteur de l’ESS, l’économie sociale et solidaire, qui représente aujourd’hui 13% des emplois et qui répond à ce désir, est ainsi en plein essor. Cette recherche d’entreprises responsables nous a ainsi conduits à organiser le Forum des métiers de l’Innovation Sociale et Environnementale, le Forum Génération Changement. L’événement a pour but de rassembler dans un même lieu, pour la première fois en France, les organismes qui apportent des réponses innovantes aux problématiques sociales et environnementales et les étudiants en quête de changement, afin de mettre en application les valeurs que nous défendons au Noise.

Ainsi, l’avènement de nouvelles valeurs proches de celles du développement durable et de l’intérêt général parmi notre nouvelle génération étudiante laisse perdurer l’espoir d’un monde meilleur pour demain. Le futur de notre société dépend des engagements de sa jeunesse actuelle; notre capacité à faire advenir le changement dont nous rêvons ne dépend que de nous.


 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Étudiants du supérieur : finie la ?voie royale?, ils veulent la transition écolo et sociale !

    Étudiants du supérieur : finie la ?voie royale?, ils veulent la transition écolo et sociale !

    Il y a un mois, lors de la remise des diplômes de la (...)
    >
  • Entretien avec Monique et Michel Pinçon-Charlot

    Entretien avec Monique et Michel Pinçon-Charlot

    Le duo a encore frappé. La crise des gilets jaunes (...)
    >
  • Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    DOSSIER   Sevrons l'agriculture !   Sortir de (...)
    >
  • Le social business toujours en chantier

    Le social business toujours en chantier

    La vingtaine de salariés en gilets orange s’active sur (...)
    >
  • Enzo Lesourt : face à l'anthropocène, le politique doit forger de nouveaux imaginaires

    Enzo Lesourt : face à l'anthropocène, le politique doit forger de nouveaux imaginaires

    Cet article a été initialement publié dans notre (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Transition énergétique frugale

    Transition énergétique frugale

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots" : une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • Encore quelques défis à relever pour généraliser la vente en vrac

    Encore quelques défis à relever pour généraliser la vente en vrac

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • "Visage du Maroc" : une plateforme pour mettre en avant les entrepreneuses marocaines

    Le thème des femmes entrepreneurs est un sujet de plus en plus (...)
    >