Edito #21 : applis, guerre de l'attention et déconnexion

Edito #21 : applis, guerre de l'attention et déconnexion

70% des Français vérifient leur messagerie toutes les 5 minutes. Près d'un tiers se sent angoissé sans son smartphone. Pour son nouveau numéro, l'équipe de Socialter a enquêté sur ces applis qui "nous volent notre temps".

Jamais nous n’avons été autant sollicités quotidiennement : SMS, e-mails, messages instantanés, notifications, accusés de réception, posts, tweets, push en tout genre... À coup de scrolling, de swipe, de clics et de lectures automatiques, nous ingérons une quantité exponentielle d’informations. Certains errent des heures sur les réseaux, jonglant d’une tâche à l’autre au fil des stimuli. 70 % des Français vérifient leur messagerie toutes les 5 minutes et près d’un tiers se sent angoissé sans son smartphone. Serions-nous tous devenus subitement accros à nos écrans ?

Derrière cette nouvelle forme d’addiction se cache en fait une guerre : celle de l’attention. Elle n’est pas neuve, mais atteint aujourd’hui des sommets avec les entreprises de la Silicon Valley se battant pour capter notre temps. Le cœur de leur business ? Notre "engagement" continu et répété sur les plateformes. Et tous les moyens sont bons pour orienter nos choix, avec des techniques dignes des meilleurs casinos. Sous couvert de plaisir et de partage, serions-nous en train de nous faire voler des milliers d’heures de nos vies ?

Des voix s’élèvent déjà : des experts, des psys, des journalistes… mais aussi des ingénieurs ayant eux-mêmes contribué à façonner ce "design persuasif"
 loin de l’idéal des pères fondateurs du web. Ces repentis de la Silicon Valley veulent changer le système et enclencher une prise de conscience. Ils en appellent à des applis plus "éthiques", qui respecteraient mieux notre temps et notre libre arbitre. Mais aussi à l’éducation – les plus jeunes étant les plus affectés par l’hyperconnexion – et au débat. Une chose est sûre, l’écologie de l’attention est un sujet qui mérite une beaucoup plus grande attention.


Le sommaire du numéro 21 à lire ici. 


En kiosque dès le 8 février. 


 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Un nouveau bastion de la culture et du développement durable au Fort d?Aubervilliers

    Un nouveau bastion de la culture et du développement durable au Fort d?Aubervilliers

    On ne tombe pas sur Fort Recup par hasard. Pour y parvenir, il (...)
    >
  • La Cité Fertile à Pantin, une nouvelle friche écolo et culturelle

    La Cité Fertile à Pantin, une nouvelle friche écolo et culturelle

    Terrain de pétanque, cabane à méditer, (...)
    >
  • Les scandales sont-ils vraiment nuisibles aux grandes entreprises ?

    Les scandales sont-ils vraiment nuisibles aux grandes entreprises ?

    Le 21 septembre 2015, une affaire de fraude sans (...)
    >
  • La plus grande ferme aquaponique urbaine de France a ouvert à Aubervilliers

    La plus grande ferme aquaponique urbaine de France a ouvert à Aubervilliers

    Des fruits, des légumes, des fleurs et des aromates (...)
    >
  • Qu'aurait pensé Platon de Kylian Mbappé ?

    Qu'aurait pensé Platon de Kylian Mbappé ?

    Nul ne l’ignore, l’Équipe de France a (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Transition énergétique frugale

    Transition énergétique frugale

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Et si on changer certaines matières scolaires?

    Et si on changer certaines matières scolaires?

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Quand les échanges entre générations relancent l?innovation

    Quand les échanges entre générations relancent l?innovation

    La majorité des moments forts de notre histoire sont (...)
    >
  • Créons les Apple équitables, Uber coopératifs et autres Amazon solidaires de demain !

    Créons les Apple équitables, Uber coopératifs et autres Amazon solidaires de demain !

    Ces réponses nouvelles sont souvent le fruit d’une (...)
    >